La clémentine de Corse, joyau insulaire

Elle est ronde, petite, à feuilles vertes, d’un orange vif, à la peau lisse, gourmande et sucrée, partons à la découverte de la reine des fruits de fin d’année : la Clémentine de Corse.

On la retrouve sur tous les étals, des rayons de grandes surfaces jusqu’aux petits marchés en passant par les stands de bord de route. Elle fait le bonheur des petits comme des grands et conclut avec brio et gourmandise nos repas de fin d’année. Elle peut se déguster seule ou accompagnée, au petit-déjeuner comme en-cas, crue ou encore cuisinée. La Clémentine de Corse est un classique indémodable, pour le plus grand bonheur de nos papilles.

Genèse de la clémentine, une histoire de hasard

La clémentine ravit nos estomacs depuis de nombreuses années, mais savez-vous pour autant d’où vient ce fruit ? Connaissez-vous son passé ?
A la différence de nombreux agrumes, la clémentine est un fruit relativement « jeune » !

Ses origines remontent au 20ème siècle, à Oran en Algérie. Un religieux, le père Clément, agronome de formation, cultive de nombreux agrumes et sème comme à son habitude des graines de mandarinier et d’oranger. Or, un beau jour, par le plus beau des « hasards », comme seule la nature sait le faire, et dont la vie garde jalousement le secret, un arbre différent de ses congénères pousse et s’épanouit. Une fois isolé, le père Clément récolte les fruits de ce nouvel arbre mystérieux et intrigant. C’est la révélation !
Les fruits récoltés sont plus colorés, plus goûteux et plus gourmands. Le premier clémentinier est né et avec lui les premières clémentines, fières ancêtres de celles que l’on consomme aujourd’hui.

Un fruit qui sent bon les fêtes de fin d’année

A mesure que les jours raccourcissent, que les températures baissent, que le soleil se fait plus rare et que la nature s’endort tranquillement, les clémentines, elles, s’épanouissent. Sa récolte se situe entre octobre et fin janvier selon les variétés et cela coïncide parfaitement avec les fêtes de fin d’année. S’il fallait citer un fruit emblématique de ces réjouissances, ce serait sans hésiter la clémentine, l’odeur sucrée et agréable qu’elle dégage respire les fêtes de Noël, les cadeaux sous le sapin, les chocolats chauds, la convivialité et surtout les moments de partage en famille.

Une clémentine à part et protégée

La Clémentine de Corse représente 80 % de la production de l’hexagone et presque l’intégralité de la production de la France métropolitaine (hors Dom-tom). Elle est unique en son genre et est depuis 2007 protégée par une IGP (indication Géographique Protégée) qui témoigne de la qualité et l’origine du produit. Le fruit est d’ailleurs récolté de manière traditionnelle (à la main).

CORSICA linea et la clémentine de Corse, une histoire d’amour qui dure

La clémentine de Corse constitue l'activité de 144 agriculteurs insulaires, qui produisent de 20 000 à 30 000 tonnes par an, en moyenne. Or, ces milliers de tonnes de clémentines délicieuses doivent bien être transportées avant de rejoindre l'autre côté de la Méditerranée. C’est ici que la magie opère et que l'alchimie entre CORSICA linea et la Clémentine de Corse prend toute son ampleur.

Ainsi plus de 80% de la production insulaire est transportée par les fameux bateaux rouges. Cette année par exemple, depuis le début de la saison (mi-octobre), ce sont près de 4 000 tonnes du fruit emblématique qui ont embarqué sur nos navires CORSICA linea. Et ce n'est pas fini puisque d'ici la fin de saison (mi-janvier donc), le rythme de traversées des Clémentines de la Corse vers le Continent sera maintenu.  

 

Voilà, vous savez désormais tout ce qu’il faut savoir sur la célèbre Clémentine de Corse, la star des étals et des agrumes de fin d’année. Avant de nous quitter, petits conseils pour la reconnaître et être sûr de ne pas avoir à faire à un imposteur : feuilles vertes effilées toujours accrochées au fruit, juteuses, sans pépins, délicatement acidulées, une peau fine et brillante qui atteint naturellement sa coloration sur l’arbre sans conservateurs et parfois, un petit « cul vert ». Alors, si votre clémentine a son postérieur vert, pas de panique, ne la jetez pas, c’est sûrement une petite corse !

Pour en savoir plus sur la Clémentine de Corse, n’hésitez pas à visiter son site officiel (une vraie star), en cliquant ici. 

Saut de paragraphe

Si la lecture de ce texte vous a donné l’eau à la bouche, n’hésitez surtout pas à consulter nos autres articles sur la Corse, son histoire, les endroits à y visiter, ou le voyage en notre compagnie : restauration à bord : l’engagement « qualité » de CORSICA linea ; La forêt de Vizzavona en automne ; Occi, le village qui ne voulait pas disparaître ; traverser en ferry avec CORSICA linea ; les plus belles plages du Cap Corse ; les tours génoises en Corse ; l’insolite désert des Agriates.