Le thermalisme en Corse

La Corse offre naturellement des ressources insoupçonnées par le grand public. Si la nature encore préservée, la richesse de sa faune et flore endémique où le grand nombre de lieux protégés font aujourd'hui l'objet d'un vrai engouement de la population pour l’environnement insulaire, ces sources thermales naturelles de l’île sont pour l'heure moins connues.
De nombreuses sources, chaudes et froides jaillissent en Corse, et des milliers de curistes y sont venus en profier au cours du 19ème siècle.
Aujourd’hui, si les sites les plus célèbres restent ceux des eaux d’Orezza, de Pietrapola, et des activités de Baracci, le thermalisme corse retrouve peu à peu sa notoriété.

Géologie et thermalisme

La différence entre les eaux thermales de Corse est essentiellement liée à la géologie de l’île. Les sources thermales (plutôt dans le granite ancien) sortant entre 30 et 60°C à fort débit et les sources minérales plus froides (12 à 16°C) avec un débit plus faible et des dégagements gazeux possibles, offrent un panel important permettant à la Corse d’être considérée comme une destination pour le thermalisme.

Saut de paragraphe

Des bienfaits connus depuis longtemps

L'eau thermale possède de nombreuses vertus thérapeutiques grâce à sa richesse en minéraux. Ainsi, les cures thermales sont reconnues depuis des siècles pour aider à réduire des maux divers comme les douleurs articulaires et chroniques ou encore les brûlures. Aujourd'hui, le thermalisme demeure une alternative complémentaire aux solutions thérapeutiques classiques.

Les Romains ont su très tôt en apprécier les propriétés et aimaient se délecter dans des thermes. Il ont profité longtemps de celles de Baracci et de Pietrapola. 
Popularisées par ces derniers, les sources ont rapidement été adoptées par la population qui a su en tirer profit, et au 16, 17 et 18 eme siècles, des écrits font part de nombreuses sources chaudes ainsi que des eaux d’Orezza comme des lieux de soin et de détente.
Mais c’est au 19eme siècle que “la fièvre thermale” touchera la Corse avec la création de nombreux établissements équipés de toutes les installations modernes de l'époque.

Saut de paragraphe

Les sources exploitées

Avec plus ou moins de succès et de reconnaissance, 8 sources furent exploitées sur l'île au fil des époques. 
Pour les plus célèbres, Guagno les Bains a accueilli jusqu’à 3000 curistes par an au 19ème siècle, un hôpital militaire y a d'ailleurs été construit en complément pour soigner les soldats souffrants des différents maux coloniaux.
Autre source importante, les bains de Baracci sur la commune d’Olmeto dans le Valinco, toujours en exploitation mais pour une utilisation plus “ludique” même si un projet thermal ambitieux existe.

Un peu plus haut dans la région de l’Alta Rocca, les bains de Caldane de Tallano proposent une eau chaude (40°C) en exploitation.
Dans la région du Taravo, les Bains de Guitera proposent eux aussi une eau chaude (45°C), et font l'objet d'un projet d’expansion et de réhabilitation.

Enfin, côte Est, la source de Pietrapola sur la commune d’Isolaccio de Fium’Orbo dispose elle aussi d’un établissement thermal conventionné et ouvert au public, avec une eau à température élevée (55°C).

Saut de paragraphe

La Castagniccia, haut lieu des sources “froides”

Cette région connue pour la culture ancestrale du châtaignier, son importance dans l’histoire corse ou encore pour la beauté des villages et des églises baroques est aussi un haut lieu des sources dites froides.
Deux régions concentrent en Castagniccia un peu plus de 20 sources différentes !  Autour d’Alesani mais aussi au coeur de l’Orezza (Fium’Altu) comme Orreza Suttana fréquentée par Pascal Paoli et Napoléon Bonaparte.
Embouteillée depuis 1856, l’exploitation a connu des phases de grand succès puis d’abandon avant de retrouver un second souffle, les nouvelles eaux d’Orezza connaissent aujourd’hui un véritable succès dépassant les frontières de l’île.

Saut de paragraphe

Le thermalisme, un retour en Corse ?

Après le succès et la renommée au cours du 19ème siècle, les sources thermales en Corse n’ont plus connues de périodes aussi fastes. 
Pourtant les études sur le potentiel thermal de l’île et les thèses de médecine vantant le potentiel inexploité que représenterait le thermalisme en Corse ne manquent pas.

Fort du succès de l’eau gazeuse et les retours de certaines sources comme Pietrapola, il est possible que l’île se penche de nouveau sur cette richesse naturelle laissée en jachère.
Les nombreux projets de réhabilitation portés actuellement laissent penser à un retour de vraies cures thermales en Corse prochainement.